Blue Flower

« L’une de mes grandes satisfactions, c’est d’avoir accompli au quotidien, dans un environnement véritablement familial, les missions de la Fondation qui se résument à servir les hommes qui souffrent ».

Madame AMOUGOU Clémentine.

Q: Que gardez-vous comme souvenirs marquants tout au long de vos années d’activité à la Fondation ?

 R: Je suis de ceux-là qui ont traversé bien des étapes et bien des mutations qu’a connues notre institution. Parfois tout naturellement, je me retrouvais au centre des processus de recherches des solutions. L’une de mes grandes satisfactions, c’est l’accomplissement au quotidien des missions de la Fondation qui se résument à servir les hommes qui souffrent. Jai accompli ces missions dans un environnement véritablement familial.

J’ai eu des chefs qui étaient tous animés par le souci de voir la Fondation progresser, quoique chacun appliquait son style de management.      Je dois ajouter que l’actuel ADG est un pur produit Ad Lucem avec qui nous avons cheminé ensemble, raison pour laquelle il dirige avec l’esprit Ad Lucem.

Q: Pouvez-vous nous retracer l’évolution de votre carrière ?

J’avais été recrutée à Douala en qualité de comptable, le 27 décembre 1982. Dix ans plus tard, le 08 juin 1993, j’accède au poste de Chargée du traitement de la paie à la Direction générale.

En septembre de la même année, je suis mise à la disposition de la Pharmacie centrale d’approvisionnement pour servir au dépôt de Yaoundé, précisément le 21 septembre 1993, par les soins de Pierre NGOULLA, Directeur Général (1993-1995). J’occupe ce poste pendant six (06) ans puisque le 27 novembre 1998, j’assure les fonctions de Chef de service de la Paie à la Direction générale de la Falc, étant également gestionnaire du Centre de santé communautaire Ad Lucem de Yaoundé-Obobogo (1998-1999). Le 20 septembre 1999, une nouvelle affectation m’installe à nouveau dans l’Administration centrale.

          Le cadre comptable que j’étais a connu un bon professionnel trois ans plus tard, le 31 décembre 2002 en devenant Adjoint au contrôleur de gestion cumulativement avec la tenue de la comptabilité de la Direction générale. A cette époque, la Fondation était dirigée par le Dr Louis Philippe TSITSOL MEKE ().

         J’accède aux responsabilités de Contrôleur régional des structures Ad Lucem d’Efok, d’Obobogo et de Nden, cumulativement avec les fonctions de Chef de service Paie le 02 février 2009. Cette année-là, le train de la Refondation prenait de la vitesse avec à sa tête la PCA Mme TEFAK et le Directeur général Dr BIDJOGO ATANGANA.

Enfin, je serai à nouveau confirmée aux postes de Chef de service de la Paie et de Contrôleur de gestion régional le 21 juillet 2014, responsabilités que je conserverai jusqu’à mon départ à la retraite.

         Je dois vous préciser qu’avant la Refondation intervenue en 2005, être responsable à la Fondation n’était pas du tout aisé. La direction ayant été, dès juin 1981, transférée tour à tour de Douala à Yaoundé successivement dans les quartiers de Mvolyé, au siège de la Croix rouge au Centre administratif, puis à Efok à l’hôpital Louis Paul AUJOULAT, Yaoundé de nouveau au quartier Etoa-Meki et enfin à Bastos en octobre 2005. Dieu merci, j’ai réussi à accomplir mes devoirs avec hauteur.

Q: Avez-vous un Conseil à prodiguer ?

R: Je dirai au personnel de la Fondation qu’il faudrait effectuer son travail avec amour et loyauté. Cette institution constitue un patrimoine construit en permanence par des hommes et des femmes qui s’adonnent corps et âmes à leurs devoirs. Enfin, je recommande la prière à tout un chacun, Ad Lucem étant une œuvre construite grâce à la foi ardente de son Fondateur, elle est animée par des personnes engagées à rendre service qui mettent Dieu au centre de leurs actions.

 Q: Après la Fondation, quelles sont vos perspectives ?

 R: Je vais me consacrer au service des âmes et de la promotion de la Parole de Dieu, car pour moi Dieu est au centre de tout. J’ai déjà été ordonnée Pasteur.

Propos recueillis par Emmanuel MBA NGONO