Blue Flower

La Falc célèbre la journée des droits des travailleurs sous le signe de la reconnaissance

 

L’ambiance du défilé au boulevard du 20 mai 1972

Après une semaine intense d'activités combinant le sport et débats, qui a animé l'ensemble des établissements hospitaliers de la Fondation, la Direction générale sise au quartier Bastos a accueilli en apothéose le personnel de Yaoundé. Un personnel qui malgré la pluie, a effectué des heures auparavant, un passage remarqué et couvert d'éloges au défilé du boulevard de la Réunification du 20 mai 1972.

A la Direction générale de Bastos, après le défilé

La dernière articulation de la fête du travail 2019 au sein de la Falc s'est déroulée dans un élan de fraternité. Et pour cause, les doléances relatives au déblocage définitif du dossier de la CNPS, au paiement des indemnités de fin de carrière, à la nécessité de multiplier les activités socio-culturelles relèvent bien du passé.

La preuve, en s'adressant au top management de l’institution, le personnel à travers leur représentante, Mme Christine Judite MEKONGO, n'a eu à dire qu'un seul mot, « Merci ». Expression solennelle des marques de reconnaissance des efforts déployés par l'équipe dirigeante, en vue de garantir les droits de tous les travailleurs de la FALC.

 « Nous sommes fiers des performances qu'accomplit notre institution grâce à la politique managériale qu'applique avec doigté ses dirigeants », a martelé la porte-parole du personnel.

 Naturellement, le point culminant de cette cérémonie était sans nul doute, la communication de l'ADG. Il s'est appesanti sur le travail décent, le vivre-ensemble au sein de la Fondation, l'accueil des malades et les projections d'avenir.

la communication du Dr BIDJOGO ATANAGANA

L’ADG a rappelé pour la gouverne de l'assistance, la définition du travail décent selon les prescriptions de l'Organisation internationale du Travail (OIT). Il s'agit de «  la possibilité d'exercer un travail productif et convenablement rémunéré, assorti de conditions de sécurité sur le lieu de travail et d'une protection sociale pour sa famille ». Grâce au travail décent, les femmes et les hommes employés participent à la prise des décisions relatives à la marche de l’entreprise, adhèrent volontairement aux syndicats de leurs choix et trouvent des ressources pour s'insérer dans la société.

Pour le Dr BIDJOGO ATANGANA, la protection du travail décent au sein de la FALC est une affaire de l'employeur et de l'employé. De son côté, l'employeur se félicite de tenir ses engagements au quotidien. Prenant l'assistance à témoin, il a relevé notamment que l'affiliation à la CNPS est assurée, tous les employés perçoivent un salaire mensuel, bénéficient de l'assurance maladie, des congés annuels et travaillent dans un environnement bien sécurisé. Les chefs d'établissements à leur niveau veillent rigoureusement à la protection de tous ces droits.

S’adressant aux employés, l’ADG a mis l'accent sur la nécessaire et saine contribution de toutes les composantes professionnelles, pour le bon fonctionnement, la pérennité et la prospérité de la Falc. Rappelant à cet effet qu’il incombe à chaque employé le devoir de fournir un rendement optimal en

vue d'accroître  les bonnes performances de l'institution, pour l’intérêt de tous.  Une FALC prospère accumule des ressources qui favorisent l'augmentation des revenus de ses employés.

 Davantage de solidarité

 Pleinement conscient que le précieux capital de toute entreprise est avant tout constitué par les hommes et les femmes qui l'animent au quotidien, au même degré que l'atmosphère dans laquelle ils évoluent, l’ADG a instamment invité tous les maillons à cultiver davantage la solidarité et l'esprit de famille: « que les médecins-chefs et tous les responsables à divers niveaux soient à l'écoute des employés. Ils doivent être sensibles aux problèmes des employés. Sachez cultiver l'entraide et la compréhension pour les problèmes des uns et des autres, au sein de toutes nos structures. Je mets également un point d’honneur au respect de l'autorité et des aînés comme dans toute famille ».

Partout chez soi

S'appesantissant sur le contexte social de l'heure marqué par des relents de replis identitaires, le Dr BIDJOGO ATANGANA Théodore prévient: « La tribalisation de la vie publique ne doit pas trouver son lit dans nos structures. A la FALC, on doit se sentir partout chez soi. En tant que personnels, nous venons d'horizons divers. Le vivre ensemble demeure notre credo incontournable. Que personne ne vous manipule. L'unité du Cameroun doit demeurer une réalité permanente qui se vit à chaque instant à la Falc ».

 La vision d'avenir

En guise de conclusion, le top management a invité le personnel à diriger tous ses regards vers le futur de la Fondation constitué par un large éventail de projets. A Yaoundé, de nouveaux hôpitaux verront le jour pour préparer l'arrivée du Centre Hospitalier Universitaire d'Olembé. L'amélioration des plateaux techniques des hôpitaux figure également au programme, afin de se donner les moyens de la nouvelle politique de sécurité sociale qui sera mise en œuvre par le gouvernement. Dans l’immédiat, le 23 mai 2019, il sera organisé une cérémonie solennelle de réception des dons offerts par des partenaires de la Fondation.

Emmanuel Mba Ngono

Au boulevard du 20 mai 1972
Au boulevard du 20 mai 1972