Blue Flower

Une église de la paroisse Saint Michel de Nden

Malgré le temps qui passe, la paroisse Saint Michel de Nden n’arrête pas de construire son histoire avec parfois des tournures inattendues. Comme ce fut le cas le lundi 18 juin 2018 dernier, avec l’annonce d’une apparition de la Vierge Marie sur la cour de l’hôpital Ad Lucem. Cette supposée apparition de la Vierge Marie, annoncée par la nommée Madeleine ONGONO, a transformé la cour de l’hôpital en un site de prières très fréquenté, quoique les autorités religieuses n’ont pas officiellement réagi.

 La mission de Nden fut créée en 1923 par Monseigneur François-Xavier VOGT en même temps que celles d’Akono, de Nden, avant Efok et Nlong qui ont vu le jour en 1926, dans la région du Centre.

 La paroisse Saint Michel est l’œuvre des pères pallotins. Elle est construite dans les années 1926.Pour mémoire, l’un de ses bâtisseurs fut le Frère Romuald DIVERRES, qui a également réalisé dans la région du Littoral, la belle voûte de la Cathédrale de Douala et l'église de Somo. Elle fut la première paroisse du Diocèse de Sangmélima créée par le Pape Jean XXIII le 18 janvier 1963, par démembrement du diocèse de Douala.

 Des figures marquantes animent la paroisse Saint Michel de Nden et laissent des marques indélébiles au fil du temps, à l’instar des Pères Léon MEYER et Antoine WOLLENSCHNEIDER. Le Père Léon Meyer a frappé les esprits des populations par sa grande capacité d’intégration dans sa communauté d’accueil, maniant à souhait la langue et les proverbes de ses chrétiens boulou. A sa mort, il est remplacé par le bouillant Père Antoine WOLLENSCHNEIDER, qui a dirigé la paroisse de Nden à deux reprises, périodes de 1937-1958 et 1964 et 1972. Il a été surnommé par les populations « Nkoé soulouk", "panier de grandes fourmis", parce que, débordant d'activité. « Ardent, généreux, parfois intempestif dans son zèle, il portait la bonne nouvelle "à temps et à contretemps". Il parlait bien le boulou et, connaissant tout le monde, aimait résoudre les palabres ».

         

Mgr Christophe ZOA entouré des responsables de la Falc à la sortie d’une messe dite à Nden.

Après avoir appartenu au Diocèse de Douala, la paroisse Saint Michel fait aujourd’hui partie intégrante du Diocèse de Sangmélima. Un Diocèse qui prend du relief grâce à sa nouvelle cathédrale, mais aussi et surtout grâce à ses activités agricoles. Sous l’impulsion de l’évêque Christophe Zoa nommé par le pape Benoît XVI le 4 décembre 2008. Le diocèse a créé une immense exploitation agro-pastorale de 70 hectares de cacao où l’on retrouve les arbres fruitiers de 4000 agrumes et 3 étangs de poissons.

 

Poignée de mains du président Paul avec son ancien instituteur de Nden, Raphaël Mfou’ou Ebo’o en janvier 2011 lors du Comice agro-pastoral d’Ebolowa.

Pour l’histoire, aussi et surtout, N’den est le lieu où le président actuel du Cameroun, Paul Biya, a fait ses études primaires, encadré par l’instituteur, Raphaël Mfou’ou Ebo’o. Cet enseignant né vers les années 1918, est formé vers les années 40 au séminaire d’Akono dans la région du Centre, rencontre l’élève Paul Biya qu’il encadre de septembre 1940 à juin 1947. Le père Antoine WOLLENSCHNEIDER qui dirigeait la paroisse de Nden tout au long du cursus scolaire de Paul Biya dans cette localité, était particulièrement fier du destin exceptionnel que connaît cet ancien élève de sa paroisse.

E.M.N.